TOR la légende, ép. 4 : un pouvoir, des responsabilités

Un des films consacrés à Spider-man me livrait cette puissante maxime : « Un grand pouvoir implique de grandes responsabilités » – la sagesse est partout. Mais quel rapport avec ma ritournelle torique : « Trouver (et noter) les idées / Organiser les idées / Rédiger » ?

Les trois phases doivent être distinguées – avec une petite finesse : il y a un gouffre entre TO d’une part et R de l’autre. Diantre ! Et pourquoi ? Parce que la rédaction produit texte qui sera lu, alors que ni collecte ni organisation du matériau préparatoire n’ont à être exposées. R est le moment où il s’agit de faire attention à la tête qu’on a.

Mes étudiants ont été habitués à n’avoir pour lecteurs que leurs profs. Il faut leur recoller le nez sur cette réalité : vos écrits vous représenteront dans le monde ! En particulier au travail. Le mouvement de recul qu’ils ont au début, lorsque je projette leurs exploits linguistiques sur grand écran, témoigne que cette publicité est pour eux une désagréable surprise.

Désagréable, mais salutaire : soudain, ils voient les effets produits. Effets démultipliés quand les mots sont inscrits et circuleront, engageant leur responsabilité… Préparer soigneusement les choses en amont (TO), au brouillon, relève alors d’une saine prudence avant de (R) lâcher une parole écrite dans la nature.

La responsabilité en jeu est également vis-à-vis d’eux-mêmes : à eux d’user de leur pouvoir (car le pouvoir de la parole est entre leurs mains) pour leur bonheur et celui de l’humanité.