Rature ou culture ? Enfin la réponse !

Pas besoin d’être lacanien pour voir que sous la rature, l’écrit persiste. Et ça, mes étudiants détestent. Inquiets, ils prennent soin d’effacer les traces qui trahiraient leurs inexpiables crimes orthographiques. Quand il faut écrire à la main, ils perdent leur temps à recopier afin d’éliminer toute cicatrice. Les moins patients s’en remettent aux emplâtres de Tipp-Ex… mauvais plan : recouvert, certes, voilà le défaut en relief.

Mais le traitement de texte est venu secourir nos adeptes du nettoyage graphique : tac tac tac et pouf ! Parti ! Dangereuse pureté… Car plus pernicieux que l’erreur est le déni d’icelle. Escamoter indéfiniment une première formulation jugée médiocre expose le rédacteur aux affres de l’éternel retour à la case départ : le premier jet était aussi le premier pas, le pas qui coûte – dommage de revenir dessus. Autre argument : l’écrit persistant sous la rature est une sécurité, disponible quand l’erreur était dans la biffure.

Il y a plus nocif : l’effacement conforte le mythe d’une expression parfaite d’emblée. C’est oublier qu’Athéna n’est sortie tout armée de la tête de Zeus qu’en lui infligeant des migraines olympiques (aïe) et un crâne fendu (aïe et beurk). La rature expose l’écriture comme travail : le premier jet est rarement le dernier mot. Cette souveraine sûreté du verbe est pourtant le but implicite que se fixent mes étudiants, régulièrement désolés de ne pas l’atteindre.

Je leur montre tel de mes brouillons. Ils s’étonnent : fautes, erreurs, reprises et gribouillages – s’y étalent des désordres qu’ils n’imaginaient pas être mon lot. Eh si ! La confidence dédramatise, argument concret pour soutenir ma thèse : la rature, c’est la culture. Je veux les convaincre que la rature est non seulement acceptable, mais souhaitable ; qu’elle est fruit d’exigence intellectuelle, signe de conscience critique, geste optimiste qui nous montre faillibles… et perfectibles. Humaine rature : qu’ils consacrent leur effort ailleurs qu’à vainement l’éviter.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s