Puisqu’on n’est pas sorti de l’auberge… bienvenue !

Que sert-on, à la table de l’OUPS ?

PÉDAGOGIE… Je ne suis pas fanatique du mot, et moins encore de ses usages actuels. C’était seulement le plus commode pour dire de quoi je parle – de l’École. Aucun discours théorique spécialisé ; plutôt la parole singulière d’une praticienne, pour nourrir la réflexion et l’action de celles et ceux qui y occupent la place du maître.

Dire OUPS, faire ouf : aborder de manière détendue ce qui trop souvent rend malheureux maîtres comme élèves. L’idée est de faire sa place à l’erreur, à la maladresse, à l’échec – et de remobiliser des ressources figées par la peur de mal faire.

… et le pied dans le plat… direct ! On n’ira pas jusqu’à renverser la table, mais tout de même, on veut bousculer certains usages, et interroger leur pertinence à l’aune de leurs effets réels, dans l’expérience. Directives, programmes, kits et recettes ne sont pas au menu. Je présente ce que j’ai observé et essayé, comme une invitation à retrouver du jeu, une liberté.